Licence de pilote privé

Licence de pilote privé

PPL(A) – Private Pilot Licence (Airplane)
Vol à vue par beau temps en France.
Temps réglementaire: 45 heures de vol dont 10 heures en solo et des navigations,

QUEL AGE FAUT-IL AVOIR ?

Pour être lâché solo (c’est à dire partir seul à bord de l’avion) dans le cadre de la PPL, il faut avoir 16 ans révolus.
Pour passer l’examen pratique (un test en vol comprenant une navigation et une partie de maniabilité contrôlée par un examinateur), il faut avoir 17 ans révolus…

EN QUOI CONSISTE LA LICENCE PPL ?

Le PPL peut être passée dans la continuation du BB jusqu’en avril 2015 ou de la LAPL car la PPL est un “super BB-LAPL” avec une grosse formation supplémentaire aux voyages et à la radio-navigation. Commencer par le BB ou le LAPL est même la méthode préférentielle car vous serez alors déjà entraîné aux différents examens théoriques et pratiques.

Le PPL obtenu, vous pourrez voler en emportant des passagers non payants dans toute la France et, dans certaines conditions, dans le monde !
Le PPL est une licence de vol à vue (règles de vol à vue dites VFR pour Visual Flight Rules). C’est à dire que vous ne pourrez pas voler lorsque le temps sera trop mauvais car toute votre technique du pilotage (comme pour le BB ou le LAPL d’ailleurs) sera basée sur les observations de l’extérieur (horizon, repères au sol, etc.) et non pas avec l’horizon artificiel.

Une fois le PPL en poche, vous serez qualifié pour voler sur les monomoteurs avec moteur à à pistons jusqu’à 5,7 tonnes, qualification dite “SEP” (Single Engine Piston). Pour les autres monomoteurs (“très lourds” ou avec turbines), il faudra passer les qualifications appropriées.

FAUT-IL AVOIR DES APTITUDES PARTICULIERES ?

L’aptitude physique et mentale (la visite médicale) effectuée chez un médecin agréé par l’aviation civile est obligatoire

Au sujet de la vue : les myopes (et les autres) peuvent parfaitement devenir pilote. Il leur faut toutefois remplir les conditions suivantes :

  • avoir une acuité visuelle d’au moins 6/9 aux deux yeux, et au moins 6/12 pour chaque oeil avec ou sans corrections (avec leurs lunettes),
  • ne pas dépasser la limite +5 dioptries/-5 dioptries. Les dioptries étant, pour simplifier, la puissance des verres. Elles sont inscrites sur votre ordonnance…

Un électrocardiogramme au repos est demandé après 40 ans

DES LECONS A QUEL RYTHME ?

Le rythme sera celui du BB pendant environ deux ans (le BB peut se préparer la première année). Compter des créneaux de deux heures au début puis trois ou quatre heures pour les navigations.

Une fois le PPL acquise, vous devrez effectuer 13 heures de vol par an (en simplifiant la règlementation) afin de conserver votre qualification SEP.
Réglementairement, la formation pratique consiste en 45 heures de vol minimum, dont au moins 25 en double commande et au moins 10 en vol solo (seul à bord), comprenant au minimum 5 heures de vol en campagne et un voyage de 150 nautiques (à peu près 270 km) avec deux atterrissages complets intermédiaires.

En pratique, 65 heures de vol semblent toutefois plus réalistes (c’est la moyenne nationale).
Durant ces 45 heures de vol (au moins…), vous apprendrez les bases du pilotage (si vous n’avez pas déjà passé votre BB ou LAPL) et surtout les différents types de navigation (au cap et à la montre, la radionavigation, la navigation avec GPS, etc.).

La formation auPPL comprend également une initiation au VSV (Vol Sans Visibilité). Cette initiation vous apprendra à faire demi-tour si vous êtes rentré dans un nuage (et que vous n’avez donc plus de repères visuels extérieurs)…

L’aptitude au vol de nuit (VFRN) requiert au moins 5 heures de vol de nuit supplémentaires, dont 3 en double commandes.

L’EXAMEN THEORIQUE

Vous devez répondre juste à au moins 75% des questions à choix multiple parmi 120 questions organisées en 2 modules (réglementation, facteurs humains, météo, communications pour l’un, connaissance de l’avion, technique du vol et navigation pour l’autre). Les deux modules peuvent être passés séparément mais ces modules doivent être réussis en 12 mois maximum. Cet examen se déroule régulièrement à Dijon, il est payant (80 euros en 2013).
Sur Internet, des sites payants peuvent vous aider à préparer le théorique (chezgligli.net, pilotez.com, ppl-test.com, …).

L’EXAMEN PRATIQUE

Il se compose d’une partie au sol, puis d’un vol pouvant durer 2 h 30 minutes environ.

  • L’examen au sol

Il suit le schéma classique de la préparation de tout vol où l’on examine successivement:
Documents pilote : Carnet de vol, certificat théorique, aptitude médicale, livret de progression.
Documents avion : Carnet de route et documents associés, manuel de vol.
Situation météorologique : (générale, au départ, à l’arrivée, phénomènes particuliers, etc.).
NOTAMs : des aérodromes locaux et de déroutement.
Procédures de départ et arrivée. Particularités des espaces aériens traversés.
Performances avion, vitesses caractéristiques, procédures normales et d’urgences…
Carburant : quantité minimale à embarquer, quantité réelle.
Chargement et centrage.

  • L’examen en vol

Après une visite prévol détaillée et commentée, le vol comprend une navigation préparée à l’avance par l’élève vers un terrain extérieur en utilisant des radio-balises (1 h), suivi d’un déroutement vers un second terrain imposé par le testeur (0 h 45) puis des manoeuvres en tous genres (0 h 45). Ces manoeuvres incluent virages serrés et engagés, décrochages, posés en campagne avec ou sans moteur, pannes diverses en tour de piste, demi-tour en vol sans visibilité.
L’examinateur sera nommé par le district aéronautique, vous devrez payer son déplacement. La délivrance de la licence est payante (80 € en 2013).

QUELLES SONT LES LECTURES CONSEILLEES ?

Le manuel du pilote d’avion (éditions Cépaduès, environ 70 € en 2013). Ce livre contient toutes les bases pour toutes les matières abordées dans les examens théoriques et pratiques.
Le guide pratique du pilotage de Jean Zilio (éditions Vario, environ 60 € en 2010). Ce livre est très bien expliqué avec de nombreux dessins mais ne reprend pas certains chapitres nécessaires au théorique. Il est, comme son nom l’indique, surtout centré sur le pilotage avec un peu de réglementation, de navigation et de météo.